La Femme du Pasteur : une menace ou son complément?

Au cours de notre ministère, nous avons eu le privilège de rencontrer des couples de pasteurs, des missionnaires et des serviteurs de Dieu des quatre coins du monde.


Une différence évidente entre les couples anglophones et francophones est que souvent avec ce dernier, les épouses qui servent aux côtés de leurs maris sont embarrassées lorsque quelqu'un leur demande à propos de leur ministère, les dons que Dieu leur a donnés. Ils expliquent: “Je sais que je devrais être heureuse de nettoyer et de prendre soin des enfants à l'église, mais j'ai beaucoup d'autres désirs cachés profondément dans mon cœur…”


Bien sûr, il est très important de regarder les petits et de faire le ménage pour garder la maison de Dieu propre et accueillante. J'ai moi-même effectué ce travail depuis mon enfance et pendant de nombreuses années.


Mais pourquoi ont-ils honte si Dieu les a préparés à un autre service sur le devant de la scène?


Si vous suivez l'actualité en France, comme moi, vous saurez qu'il y a un débat autour de notre identité nationale. J'écoutais une émission radiophonique animée avec des polémistes, sur tous les fronts, défendant avec ferveur leurs positions. Appartenant à la catégorie “étrangers” depuis plus de 10 ans, je comprends parfaitement la nécessité de se conformer aux règles du pays qui nous accueille par respect pour son pays et ses habitants.


Mais, lorsque la conversation s’est tournée vers les femmes et que certaines personnes souhaitent les forcer, par des arguments religieux, à cacher leur visage lorsqu’elles se présentent dans des lieux publics, mon cœur s’est serré. Si j'ose faire un tel parallèle, c'est ce qui peut arriver aux conjoints de certains hommes de Dieu : ils doivent se cacher pour vivre leur vocation, peut-être à cause du risque que leurs capacités occultent celles de leur mari. La religiosité est un instrument utilisé contre les femmes!


J'ai lu récemment que certains pasteurs ont eu des difficultés dans leur ministère à cause de “situations matrimoniales douloureuses” et que les épouses devaient être des “aides” pour lui dans le service.


Ces situations conjugales douloureuses pourraient-elles être dues au fait que le ministère a pris la première place dans le cœur de ces serviteurs, devant leurs épouses et leurs familles?


L'appel de l'épouse pourrait-il être un ministère «partagé» alors qu'elle se tient aux côtés de son mari plutôt que de le menacer?


Les traductions françaises de Genèse 5:20 sont assez frustrantes car elles ne sont pas précises. Le mot “helpmeet” utilisé dans toutes les versions classiques pour parler de la place de la femme auprès de son mari provient du mot hébreu “ezer kenegdo”.

Ezer est un mot fort utilisé 22 fois dans l'Ancien Testament pour désigner le pouvoir de Dieu manifesté dans des situations désespérées :


Deutéronome 33: 26 – “Nul n'est semblable au Dieu d'Israël, Il est porté sur les cieux pour venir à ton aide, Il est avec majesté porté sur les nuées.”


Psaume 121: 1 et 2 – "Je lève mes yeux vers les montagnes... D'où me viendra le secours? Le secours me vient de l'Éternel, Qui a fait les cieux et la terre."


Nous sommes assez loin de la connotation faible et secondaire du rôle de la femme que semblent véhiculer nos traductions de Genèse 5:20.


Kenegdo signifie “faire face, correspondre à”. Là encore, nous ne trouvons aucune notion d’Eve servant dans le “fond” aux côtés d’Adam.


Ainsi, Dieu a agi dans sa grâce en donnant à Adam une épouse comme lui, son complément, quelqu'un qui lui correspond, avec une idée de protection mutuelle.

Femme de Dieu, quelle est votre vocation lorsque vous soutenez votre mari?

Prenez le temps de chercher le visage de Dieu et de lui demander de vous révéler les commandes qu'il vous a données concernant vos missions individuelles, ainsi que votre mission ensemble, car ensemble, vous êtes plus forts.


Bien entendu, la forme que peuvent prendre les services du mari et de la femme peut être similaire ou très différente, mais elle sera toujours complémentaire.


Je me souviens de l’épouse d’un missionnaire qui avait passé plusieurs décennies à essayer de faire plus, pensant servir Dieu comme il l’espérait, sans jamais se sentir vraiment satisfaite. Quand elle a pris le temps de se concentrer sur son appel commun avec son mari, Dieu lui a révélé qu'il voulait réellement qu'elle intercède en guerre, dans le lieu secret de sa chambre! Quelle révélation et quel soulagement: elle pourrait enfin entrer dans son ministère!


Dans cet article, je ne préconise absolument pas le féminisme. Mon but est de vous exhorter, mesdames, à rechercher les ordres de Dieu concernant votre propre appel, aux côtés de votre mari - et vous, hommes, à encourager votre épouse à prendre sa place ordonnée de Dieu à vos côtés, afin que vous puissiez être forts et protégé à son service.

32 views

Relationship Tools        (Free Download) 

Des outils pour la relation de couple

   (Téléchargement Gratuit)

NEWSLETTER
SAM-Transparent.png

© 2020 Rachel Miquel Dufour